http://www.ntbf.net
Accueil - Nouvelles Technologies Burkina Faso

Comptes-rendus

Compte-rendu de la réunion du bureau NTBF Burkina (2002)
publié le vendredi 17 mai 2002 par Blaise

Objectif : faire le bilan du chat « Burkina - France »

Étaient présents : Ouépia, Cédric, Hamadé, Blaise, Aboubacar, Rachid, Céline, Florent

Avant de commencer, nous avons été obligés de demander à des membres de NTBF de partir vu qu’il s’agissait d’une réunion du Bureau uniquement (+ membres associés). Ils avaient reçu par erreur la convocation parce qu’ils étaient inclus dans l’alias e-mail ntbf-bf que Cédric avait utilisé pour nous convoquer. Youn a rectifié l’erreur ce matin et désormais, c’est plus clair :

ntbf-bf


celine ntbf.net yaya ntbf.net wepia ntbf.net rachid ntbf.net edamah ntbf.net blaise ntbf.net florent ntbf.net cedric ntbf.net bbarry ntbf.net youn sanfo.net

ntbf-fr


genevieve ntbf.net philippe ntbf.net youn ntbf.net

Pendant le chat, nous avions pris la décision de réorganiser les formations, car nous avons été submergés de demandes et d’inscriptions avant même de pouvoir bien faire comprendre dans quel esprit nous œuvrons.

Les problèmes qui se posent sont les suivants :
- nous n’avons pas assez de postes pour assurer une formation de qualité à chacun
- il faut éviter de dispenser des formations quasi-gratuites à des personnes qui n’adhèrent pas à la philosophie de NTBF et qui disparaissent dans la nature une fois formés

Notre priorité est de former des utilisateurs avertis et motivés et les membres du Bureau qui seront à leur tour formateurs. Une sorte de noyau dur qui va assurer la solidité et la pérennité de NTBF.

Nous avons créé des questionnaires pour déterminer et le niveau de compétence, et le niveau de motivation. Ils permettent de faire un premier tri, mais ne révèlent pas suffisamment les motivations personnelles des candidats. Certains se sont même recopiés les uns les autres, rendant impossible de savoir ce qu’ils pensent/savent vraiment.

Nous avons donc décidé d’organiser des entretiens personnels, qui auront également comme objectif de mieux faire connaissance. Il est primordial que les candidats saisissent bien l’esprit NTBF et qu’ils y adhèrent.

1. Hamadé propose la solution suivante : nous continuons les formations en cours (premier niveau) pour tout le monde pendant 15 jours. Passée cette phase d’initiation, tous les candidats passeront un entretien. Cette évaluation aura lieu le samedi 4 mai et tous les membres du bureau sont conviés à y participer.

Ensuite, nous créerons des modules de formation plus techniques pour les plus motivés et compétents. Il n’y aura pas plus d’inscriptions que d’ordinateurs disponibles.

Les candidats « recalés » pourront s’inscrire dans des ateliers intitulés « Initiation libre ». Ces ateliers informels auront lieu le samedi après-midi à la Delgi. Les participants choisissent librement leur activité (traitement de texte, Internet, etc.), pourvu qu’ils utilisent Linux. Deux personnes ayant bénéficié d’une formation plus pointue (cf. plus haut) assureront la permanence pour aider, conseiller, réparer les plantages etc. Ce sera pour eux une occasion de mettre à l’épreuve ce qu’ils ont appris dans les modules. Les ateliers seront par ailleurs le lieu idéal pour « prêcher la bonne parole » Linux et faire passer l’esprit du libre.

Ce fonctionnement est bien entendu provisoire en attendant que NTBF dispose de suffisamment de formateurs, de tous les documents nécessaires à son fonctionnement etc. avant de s’attaquer aux « vrais projets ».

2. Nous avons ensuite parlé de questions d’ordre administratif. Ouépia a annoncé que nous allons avoir notre récépissé la semaine prochaine (chapeau au Président et au Secrétaire Général qui ont fait avancer les choses aussi vite !!). Nous nous sommes mis d’accord sur le format et les informations à inscrire sur les cartes de membre qu’il va falloir confectionner rapidement. NTBF section Burkina prend une tournure officielle...

4. Ouépia nous a en outre fait part de la signature d’une convention entre NTBF et l’AUF. Elle s’avérait nécessaire pour clarifier la position de Florent. Petit rappel : Florent est employé par l’AUF, qui œuvre dans le même créneau que NTBF. La convention a été signée pour éviter tout malentendu entre NTBF et l’AUF et « libérer » Florent (on est décidément toujours dans l’esprit du libre :-) A ce propos, Ouépia a exprimé le souhait de signer une convention similaire avec les Inforoutes communales.

5. Pour finir, nous avons évoqué la question des « candidats-formateurs » français qui ont envoyé leurs CV à NTBF. Philippe nous avait demandé quel profil doivent avoir les futurs formateurs externes. Ils attendent que nous formulions nos besoins.

Pour répondre rapidement : nous n’avons pas de profil-type à vous donner ! Des « têtes » en informatique, bien sûr, qui maîtrsent les LL. Des gens ouverts, motivés, patients et ... rigoureux, ça nous l’avons déjà dit en chattant. Ce qui est sûr, c’est qu’il faut faire venir des formateurs de France pour mener des projets concrets (formation dans telle école, dans tel CCM, ou autre). Il faut que leur présence soit utile et les dépenses qu’elle induira justifiées. Nous allons donc élaborer des projets à mettre sur pied d’ici septembre.

En attendant, nous aimerions prendre contact avec eux. Nous proposons donc de les inviter au prochain chat France-Burkina.

Le Bureau Burkina propose la date du jeudi 2 mai, à partir de 18h 30 TU pour cette rencontre.