http://www.ntbf.net
Accueil - Nouvelles Technologies Burkina Faso

La vie de NTBF

Débat autour des logiciels libres hors de France, l’exemple de NTBF au Burkina Faso.
publié le lundi 28 novembre 2005 par Anne-Laure Quitté

Lors de cet atelier, Emmanuel Lacroix et Florent Blot ont présenté la démarche, le contexte ou les réalités de l’expérience du libre au travers de l’activité associative de NTBF, atelier où été également présent l’AUF, (Agence universitaire de la Francophonie) pour ses Centres Linux et Logiciels Libres pour le Développement (C3LD), ainsi que l’AEDEV (l’Association E-Developpement).

Au Burkina, le contexte du libre est couvert par un certains nombres de structures :
- à caractère plutôt gouvernemental telles que l’ABULL ou l’AUF.
- issues du secteur associatif, comme Yam Pukri, AJNTIC, AJDN, NTBF, Toimoinous ou encore Club Arobase...
- ou privées tel que ZCP.

Dans la réalité des usages, on constate que les intéressés utilisent peu le logiciel libre. Il s’avère par exemple que des organisations locales importantes utilisent « gratuitement » Microsoft, en version piratée, ne voyant pas de réelles raisons de passer au libre puisque l’argument financier ne pèse pas dans la balance... De son côté, Microsoft sollicite activement les partenariats avec les pays du sud en passant convention avec les ministères de l’éducation nationale, par exemple...

NTBF essaye d’être à la croisée des chemins en assurant la promotion des logiciels libres mais en constatant aussi parfois, sur le terrain, que certains logiciels libres peuvent s’avérer inadaptés dans certains cas de figure. Par exemple dans la salle de travail NTBF, certains PC peu puissants ne peuvent tourner qu’avec une ancienne version de Windows, quand d’autres peuvent recevoir Linux... Et l’association ne maîtrise pas toute la chaîne des outils informatiques des partenaires qui viennent travailler à NTBF. NTBF s’emploie donc à promouvoir les outils libres à chaque fois que cela s’avère possible et que l’association y voit un sens (c’est à dire très fréquemment).

Dans la vie même de l’association, que ce soit dans ses approches de formation de formateurs ou dans la gestion de l’association, NTBF utilise et met à disposition un certains nombre d’outils libres. Un wiki joue le rôle d’Intranet interassociatif réunissant les deux entités, française et burkinabé. Dans ce cas précis, une version locale du wiki doit être installée au Burkina pour faciliter son utilisation au quotidien car l’aspect « branché » est un obstacle récurrent à l’appropriation de cet outil côté BF. Le site web de l’association est géré par un SPIP collaboratif. Enfin, une plate-forme d’autoformation Ganesha permet les échanges entre formateurs des deux pays, cet outil étant beaucoup plus utilisé par les membres burkinabè qui ont même installé une plate-forme hors ligne dans leurs salle pour stocker tous les documents pédagogiques.

NTBF travaille également à la promotion du libre, avec l’opération « galette » (diffusion d’un CD-ROM de logiciels libres pendant la semaine nationale de l’Internet au Faso), mais surtout par le biais d’un projet plus ambitieux, la tropicalisation du logiciel « Gcompris », logiciel libre éducatif pour lequel NTBF développe une version burkinabè adaptée à la culture des jeunes africains...

Face au rouleau compresseur que peut représenter Microsoft, une discussion animée du débat fut de savoir quelle attitude observer concernant l’usage des logiciels libres : très rigoriste ou plus « tolérante » ? La démarche de NTBF étant celle qui essaye de faire avec les réalités du terrain... D’autres remarques concernaient le maintien d’actions ou de structures initiés par une coopération Nord/Sud : quand des financements viennent à manquer ou à s’arrêter, un certains nombre de projets périclitent. NTBF ne rencontre pas ce problème particulier puisque l’association se positionne sur du transfert de compétences, de la formation de formateurs, et non pas sur de l’envoi de fonds au Burkina. Cette forme de coopération s’appuie donc sur les besoins exprimés par les bénéficiaires, et évitent des rapports trop simplistes de type prestataires de service.