http://www.ntbf.net
Accueil - Nouvelles Technologies Burkina Faso

Les actions en cours

Les 10 mots de la francophonie
publié le lundi 4 juillet 2005 par Philippe

Le jeu « Les 10 mots de la Francophonie » consistait à utiliser des termes choisis dans un registre scientifique (ondelette, variation, complexité, élémentaire, cristal, miroir, désenchevêtrement, rayonnement, hélice, icône) et à les intégrer dans un texte cohérent de 25 lignes maximum.

Le concours organisé par l’AFAL [1] était ouvert aux jeunes de la francophonie ainsi qu’aux journalistes qui devaient raconter un voyage fantastique, un voyage extraordinaire.

Nous avons eu 10 candidats ouagalais qui nous ont livré leur texte et nous les remercions grandement de leur participation. Même s’ils n’ont obtenu aucune récompense cette année nous les invitons à se représenter lors du prochain concours.

Outre le fait qu’elle a fait connaître NTBF aux étudiants ouagalais, l’opération aura permis d’avoir un encart de trois pages consacré à NTBF dans la revue Liaisons juin 2005 de l’AFAL. Celle-ci est diffusée auprès de l’ensemble des ambassades de France, des alliances françaises, des centres culturels français répartis à travers le monde.... Le texte repris dans la rubrique « Tribune libre » est celui d’Emmanuel Lacroix intitulé « Internet : Un luxe pour l’Afrique ? Pourquoi agir dans le cadre éducatif ? ».Il a été publié sur ce site le 1er mars 2005 : http://ntbf.net/article.php3?id_article=139

De plus un des membres de NTBF a remporté le concours des 10 mots dans la catégorie « journalistes français ».

Voici aujourd’hui son texte.

Voyage au centre de moi-même

« Connais-toi toi-même ».

C’est pour répondre à cette injonction aristotélicienne que je décidai un beau jour ou plutôt une nuit, de procéder à une investigation poussée de mes particules élémentaires. Une chance, une capsule était disponible chez l’affréteur du coin. J’étais vraiment en veine...

Solidement harnaché dans le rouge vaisseau emporté par les flots, je descendais vers le plus profond de mon être. Grâce au signal que me renvoyaient les ondelettes, je cheminais aisément à travers la grise matière. Par le hublot, je distinguais tout en bas les synapses affairées tentant de joindre les neurones. Je surveillai du coin de l’œil la double hélice de mon moteur ADN. Tout fonctionnait à merveille.

Soudain, aux abords de l’hémisphère droit, je fus ballotté par des ondes impétueuses. Elles devaient probablement provenir de variations d’humeur. Je ne contrôlais plus rien. Tout le vaisseau tremblait, gémissait et menaçait de se disloquer. Alors que je pensais être pulvérisé par cet accès d’émotion, les vibrations disparurent aussi rapidement qu’elles étaient venues.

Malgré quelques réminiscences, le calme revint comme un premier matin sur le monde. Il me fallait maintenant procéder au désenchevêtrement des idées qui ralentissaient ma progression. La dissonance cognitive avait fait son oeuvre et le bras mécanique de mon engin avait toutes les peines du monde à remettre un peu d’ordre dans cette complexité.

J’en étais là de mes travaux herculéens lorsque je détectai sur mon radar un signal étrange, peut-être la cause de cet apaisement soudain. Dans le lointain, une lueur émanant de la soupe primordiale m’attirait irrésistiblement. Je m’en approchai difficilement car l’aura était maintenant aveuglante. J’arrivais malgré tout à arrimer mon vaisseau à proximité de cette source de lumière et à travers un prisme je pouvais en distinguer les plus intimes contours.

Un cristal irradiant aux milles facettes était nu devant moi et il s’en dégageait une impression d’absolue sérénité. Je tentais de toucher cette icône du bonheur lorsque je me réveillais. Trempé, je me levais à grand peine du lit défait et allais contempler mon visage dans le miroir de la chambre. Un rayonnement intérieur en émanait.

J’avais sûrement rencontré mon âme.

Philippe Villette - Paris

Lauréat de la catégorie journaliste France

http://www.association-afal.org/concours.html

[1] AFAL : Association Francophone d’Amitié et de Liaison