Accueil - Nouvelles Technologies Burkina Faso
TIC en Afrique Internet et la solidarité internationale
  •  Etat des lieux de l’Internet burkinabè
  •  NTIC et éducation
  •  Publications sur l’Internet africain
  •  Des infos sur les asso 1901
  •  Des liens utiles sur la solidarité internationale

  • . Version texte du site
    . Admin

    Nouvelles Technologies Burkina Faso : pour l’intégration des TIC en milieu éducatif au pays des hommes intègres

    Recherche

    Contact

  •   Adhérer à NTBF
  •   Nous contacter
  • NTBF : Pourquoi ?

  •   Le Burkina Faso
  •   Le contexte
  •   Potentiel des NTIC dans le secteur éducatif africain
  • NTBF : comment ?

  •   L’organisation
  •   Le bureau BF
  •   Le bureau FR
  •   Les membres BF
  •   Les membres FR
  •   Les Partenaires
  •   Les statuts
  • NTBF : les actions

  •   Les actions en cours
  •   Les réalisations passées
  •   Les sites web des membres
  • NTBF : s’impliquer

  •   Conditions de stage
  •   Les ex-stagiaires
  •   S’impliquer en France
  • Communication

  •   Flash-info NTBF
  •   La vie de NTBF
  •   Les outils de communication de NTBF
  • Docs en stock

  •   A savoir
  •   Une toque pour les TIC
  • Entre nous

  •   Administration du site
  •   Comptes-rendus
  •   Outils libres collaboratifs
  •  

    NTBF : les actions

    Quel est le coût écologique de votre surf sur internet ?
    publié le vendredi 27 novembre 2015 par Blaise

    Note : les adresses email sont modifiées par un filtre antispam : le signe @ est remplacé par 3 caractères aléatoires, à supprimer et remplacer par @.
    Par exemple, remplacer contact ErT ntbf.net par contact@ntbf.net.

    Une tasse de thé bouillant, c’est le « coût énergétique » de la recherche que vous venez d’effectuer sur internet.

    Chaque action que nous effectuons sur notre ordinateur, du simple courrier électronique à l’utilisation d’un programme plus complexe, nécessite en effet une production importante d’énergie, liée à la puissance de calcul et à l’usage des ressources réseau, et elle génère un volume non négligeable de CO2 dont les effets se font déjà sentir.

    A titre d’exemple, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a calculé que l’envoi des emails d’une entreprise de 100 personnes générait chaque année pas moins de 13,6 tonnes équivalent CO2, soit environ 13 allers-retours Paris-New York… La raison de cet emballement ? Un accès de plus en plus massif à un réseau qui n’a pas été conçu pour faire face à la demande et croît à une vitesse exponentielle.

    Un nuage pas très écolo

    Au cœur de ce maelström numérique, on trouve les datacenters, ou centres de données. Ces « fermes de serveurs » sont d’immenses bâtiments qui hébergent les données de votre entreprise, vos mails personnels ou encore les vidéos que chacun peut consulter sur Youtube et autres Dailymotion. Des centaines de Téraoctets de données transitent dans ces gigantesques serveurs qui constituent la partie invisible du fameux « Cloud ». Des serveurs qu’il faut sécuriser, protéger des accidents et surtout refroidir pour éviter la surchauffe. Et le phénomène prend une ampleur considérable : les plus grands de ces centres de données consomment autant qu’une ville de 50 000 habitants. On estime aujourd’hui que les fermes de serveurs représentent à elles seules 4 à 8% de la consommation électrique mondiale et génèrent 3 à 8% des gaz à effet de serre de la planète, soit autant que le trafic aérien. La croissance du secteur étant très importante (+10% par an) en raison du développement d’Internet sur appareils mobiles et de l’augmentation des besoins de stockage des entreprises, la demande énergétique liée aux datacenters va continuer à augmenter fortement.

    Des efforts payants

    Il y a donc urgence à réagir. Plusieurs entreprises françaises, conscientes du potentiel de réduction de l’impact énergétique de ces bâtiments, ont engagé des démarches profondes, dont l’impact se fait déjà ressentir. EDF a ainsi promis de réduire par deux la consommation énergétique de ses datacenters en l’espace de quelques années. « Réduire ses besoins énergétiques , c’est aussi réduire ses coûts, note Richard Bury, au sein de la Direction des Services Partagés d’EDF, c’est donc un projet relativement facile à défendre, et il est étonnant que peu d’acteurs du marché aient engagé une telle démarche. » En trois ans, les centres de données d’EDF ont déjà réduit leur consommation de 25%, soit l’équivalent de 380 vols Paris-Tokyo par an. L’électricien a d’ailleurs obtenu récemment la certification ISO 50001 pour le management de l’énergie de ses datacenters, une première en France ! Selon l’Agence Internationale de l’Énergie, cette norme ISO 50001 pourrait avoir un impact sur 60 % de la demande d’énergie mondiale. En attendant, cela ne dispense pas chacun d’entre nous de faire preuve de modération numérique…

    Maîtrisez votre consommation informatique

    Les outils numériques sont souvent très gourmands en énergie. Raison de plus pour être particulièrement vigilant lors de l’achat comme de l’utilisation de vos ordinateurs et Smartphones en suivant quelques règles d’or :

    - Un moniteur consomme énormément, privilégiez les modèles labellisés « Energy Star » ou « 80plus »

    - Ne laissez pas vos périphériques branchés aux ports USB de votre PC lorsque vous ne vous en servez pas

    - Gare au mode veille, qui consomme parfois autant qu’un fonctionnement normal. Eteignez ou débranchez votre box et votre PC

    - Dans vos mails, faites attention au poids des pièces jointes et réduisez la fréquence de mise à jour de votre messagerie

    - Nettoyez régulièrement votre disque dur, il ne fonctionnera que mieux.

    Autres versions de l'article Quel est le coût écologique de votre surf sur internet ?

    Version imprimable de l'article : Quel est le coût écologique de votre surf sur internet ? Version imprimable
    Version PDF



    Répondre à cet article