Accueil - Nouvelles Technologies Burkina Faso
TIC en Afrique Internet et la solidarité internationale
  •  Etat des lieux de l’Internet burkinabè
  •  NTIC et éducation
  •  Publications sur l’Internet africain
  •  Des infos sur les asso 1901
  •  Des liens utiles sur la solidarité internationale

  • . Version texte du site
    . Admin

    Nouvelles Technologies Burkina Faso : pour l’intégration des TIC en milieu éducatif au pays des hommes intègres

    Recherche

    Contact

  •   Adhérer à NTBF
  •   Nous contacter
  • NTBF : Pourquoi ?

  •   Le Burkina Faso
  •   Le contexte
  •   Potentiel des NTIC dans le secteur éducatif africain
  • NTBF : comment ?

  •   L’organisation
  •   Le bureau BF
  •   Le bureau FR
  •   Les membres BF
  •   Les membres FR
  •   Les Partenaires
  •   Les statuts
  • NTBF : les actions

  •   Les actions en cours
  •   Les réalisations passées
  •   Les sites web des membres
  • NTBF : s’impliquer

  •   Conditions de stage
  •   Les ex-stagiaires
  •   S’impliquer en France
  • Communication

  •   Flash-info NTBF
  •   La vie de NTBF
  •   Les outils de communication de NTBF
  • Docs en stock

  •   A savoir
  •   Une toque pour les TIC
  • Entre nous

  •   Administration du site
  •   Comptes-rendus
  •   Outils libres collaboratifs
  •  

    Les actions en cours

    NTBF envoi 11 bénévoles français à Ouagadougou au cours de l’été 2004
    publié le jeudi 24 juin 2004 par Emmanuel

    Note : les adresses email sont modifiées par un filtre antispam : le signe @ est remplacé par 3 caractères aléatoires, à supprimer et remplacer par @.
    Par exemple, remplacer contact ErT ntbf.net par contact@ntbf.net.

    NTBF envoi 11 bénévoles français à Ouagadougou pour assurer différentes missions au cours de l’été 2004.

    Les premiers « stagiaires » ont décollé de Paris le 23 Juin.

    Les missions dont sont chargés les bénévoles sont les suivantes :
    - Equiper et mettre en place la salle de formation NTBF mise à disposition par le CIJEF ;
    - Former les formateurs de NTBF BF aux techniques de conceptions internet ;
    - Appuyer la branche NTBF BF dans l’organisation d’une colonie de vacance pour enfants. Cette colonie mélangera sport et utilisation de logiciels éducatifs ;
    - Recréer le site internet du CIJEF, piraté en début d’année ;
    - Tourner un film documentaire sur les NTIC au Burkina et l’action de NTBF dans ce domaine.

    Autres versions de l'article NTBF envoi 11 bénévoles français à Ouagadougou au cours de l’été 2004

    Version imprimable de l'article : NTBF envoi 11 bénévoles français à Ouagadougou au cours de l’été 2004 Version imprimable
    Version PDF



    Répondre à cet article

     

    > NTBF envoi 11 bénévoles français à Ouagadougou au cours de l’été 2004
    29 juin 2004, par Joëlle Duparc
    http://

    11 bénévoles n’est-ce pas trop ? Quand on connaît le prix du voyage et qu’on sait parrallèlement qu’il y a de bons techniciens au Burkina qui cherchent à travailler. Ne faudrait-il pas mieux les former à former ?

    Répondre à cet article

    > NTBF envoi 11 bénévoles français à Ouagadougou au cours de l’été 2004
    3 juillet 2004, par florent
    http://

    6 Messages de forum

    • 11 bénévoles n’est-ce pas trop ? Quand on connaît le prix du voyage et qu’on sait parrallèlement qu’il y a de bons techniciens au Burkina qui cherchent à travailler. Ne faudrait-il pas mieux les former à former ?

      Répondre à ce message

      • Bonjour,

        La remarque est tout à fait pertinente, notamment concernant la présence réelle de techniciens et d’informaticiens Burkinabès et le scénario que vous décrivez (financer des techniciens au Burkina) est taf envisageable lorsque l’argent sera là et que l’on pourra dire : oui nous pouvons créer de vrais emplois et pas des emplois précaires que nos sociétés modernes n’accepteraient pas. Mais nous travaillons déjà avec ce type de personnes compétentes.

        Notre vision des choses est la suivante : dans le cas particulier de cet été, ces jeunes bénévoles ont souhaité, à leur charge, et avec leurs compétences, participer au développement de l’activité de l’association NTBF au Burkina, et à son action visant à accompagner l’appropriation des TIC.

        C’est donc bien dans l’esprit que vous décrivez, c.a.d. à des fins de « formation de formateurs » qu’il a été confié à ces jeunes un ensemble de missions à réaliser en binôme, avec un correspondant de l’association locale (des informaticiens en herbe).

        Une autre valeur véhiculée par l’opération de cet été réside simplement dans l’échange culturel entre les jeunes formateurs burkinabè et les jeunes bénévoles français, échange qui a vocation à matérialiser des coorespondances trop souvent virtuelles du mirage Internet.

        Voilà décrite en qqs mots l’opportunité qui s’offrait à nous cet été avec l’engagement de ces jeunes. A cette proposition, l’ensemble des membres de NTBF au Burkina a vivement manifesté sa volonté de réaliser cette opération et d’accueillir ces jeunes. Fallait-il modérer cet enthousiasme ?

        Répondre à ce message

      • Puisque je connais bien certains de ces jeunes bénévoles je peux dire qu’ils sont partis dans l’état d’esprit décrit par Florent. Au départ leur idée était de partir juste découvrir l’Afrique. Puis en se documentant sur l’Afrique ils se sont dit qu’il pouvait y avoir autre chose à faire que du tourisme « idiot ». La connection avec NTBF s’est faite naturellement et je pense qu’ils ont été tout de suite sur la même longueur d’onde.
        Alors, le prix du voyage est certes cher et il y a des formateurs qui ne demandent qu’à faire ce travail au BF mais c’était aussi l’occasion d’emmener du matériel et de le mettre en marche là-bas avec les Burkinabés en place. Alors... ce n’est pas si mal que ça !

        Répondre à ce message

      • Bonjour,

        Votre réserve est légitime.
        Pour y répondre, sachez que les bénévoles en question partent à leur frais. Ils profitent de projets personnels (voyages au Burkina) pour mettre leurs compétences et leur temps à la disposition de l’association.

        Répondre à ce message

    Répondre à cet article

    > NTBF envoi 11 bénévoles français à Ouagadougou au cours de l’été 2004
    4 juillet 2004, par Hubert
    http://

    6 Messages de forum

    • 11 bénévoles n’est-ce pas trop ? Quand on connaît le prix du voyage et qu’on sait parrallèlement qu’il y a de bons techniciens au Burkina qui cherchent à travailler. Ne faudrait-il pas mieux les former à former ?

      Répondre à ce message

      • Bonjour,

        La remarque est tout à fait pertinente, notamment concernant la présence réelle de techniciens et d’informaticiens Burkinabès et le scénario que vous décrivez (financer des techniciens au Burkina) est taf envisageable lorsque l’argent sera là et que l’on pourra dire : oui nous pouvons créer de vrais emplois et pas des emplois précaires que nos sociétés modernes n’accepteraient pas. Mais nous travaillons déjà avec ce type de personnes compétentes.

        Notre vision des choses est la suivante : dans le cas particulier de cet été, ces jeunes bénévoles ont souhaité, à leur charge, et avec leurs compétences, participer au développement de l’activité de l’association NTBF au Burkina, et à son action visant à accompagner l’appropriation des TIC.

        C’est donc bien dans l’esprit que vous décrivez, c.a.d. à des fins de « formation de formateurs » qu’il a été confié à ces jeunes un ensemble de missions à réaliser en binôme, avec un correspondant de l’association locale (des informaticiens en herbe).

        Une autre valeur véhiculée par l’opération de cet été réside simplement dans l’échange culturel entre les jeunes formateurs burkinabè et les jeunes bénévoles français, échange qui a vocation à matérialiser des coorespondances trop souvent virtuelles du mirage Internet.

        Voilà décrite en qqs mots l’opportunité qui s’offrait à nous cet été avec l’engagement de ces jeunes. A cette proposition, l’ensemble des membres de NTBF au Burkina a vivement manifesté sa volonté de réaliser cette opération et d’accueillir ces jeunes. Fallait-il modérer cet enthousiasme ?

        Répondre à ce message

      • Puisque je connais bien certains de ces jeunes bénévoles je peux dire qu’ils sont partis dans l’état d’esprit décrit par Florent. Au départ leur idée était de partir juste découvrir l’Afrique. Puis en se documentant sur l’Afrique ils se sont dit qu’il pouvait y avoir autre chose à faire que du tourisme « idiot ». La connection avec NTBF s’est faite naturellement et je pense qu’ils ont été tout de suite sur la même longueur d’onde.
        Alors, le prix du voyage est certes cher et il y a des formateurs qui ne demandent qu’à faire ce travail au BF mais c’était aussi l’occasion d’emmener du matériel et de le mettre en marche là-bas avec les Burkinabés en place. Alors... ce n’est pas si mal que ça !

        Répondre à ce message

      • Bonjour,

        Votre réserve est légitime.
        Pour y répondre, sachez que les bénévoles en question partent à leur frais. Ils profitent de projets personnels (voyages au Burkina) pour mettre leurs compétences et leur temps à la disposition de l’association.

        Répondre à ce message

    Répondre à cet article

    > NTBF envoi 11 bénévoles français à Ouagadougou au cours de l’été 2004
    4 juillet 2004, par Hubert
    http://

    6 Messages de forum

    • 11 bénévoles n’est-ce pas trop ? Quand on connaît le prix du voyage et qu’on sait parrallèlement qu’il y a de bons techniciens au Burkina qui cherchent à travailler. Ne faudrait-il pas mieux les former à former ?

      Répondre à ce message

      • Bonjour,

        La remarque est tout à fait pertinente, notamment concernant la présence réelle de techniciens et d’informaticiens Burkinabès et le scénario que vous décrivez (financer des techniciens au Burkina) est taf envisageable lorsque l’argent sera là et que l’on pourra dire : oui nous pouvons créer de vrais emplois et pas des emplois précaires que nos sociétés modernes n’accepteraient pas. Mais nous travaillons déjà avec ce type de personnes compétentes.

        Notre vision des choses est la suivante : dans le cas particulier de cet été, ces jeunes bénévoles ont souhaité, à leur charge, et avec leurs compétences, participer au développement de l’activité de l’association NTBF au Burkina, et à son action visant à accompagner l’appropriation des TIC.

        C’est donc bien dans l’esprit que vous décrivez, c.a.d. à des fins de « formation de formateurs » qu’il a été confié à ces jeunes un ensemble de missions à réaliser en binôme, avec un correspondant de l’association locale (des informaticiens en herbe).

        Une autre valeur véhiculée par l’opération de cet été réside simplement dans l’échange culturel entre les jeunes formateurs burkinabè et les jeunes bénévoles français, échange qui a vocation à matérialiser des coorespondances trop souvent virtuelles du mirage Internet.

        Voilà décrite en qqs mots l’opportunité qui s’offrait à nous cet été avec l’engagement de ces jeunes. A cette proposition, l’ensemble des membres de NTBF au Burkina a vivement manifesté sa volonté de réaliser cette opération et d’accueillir ces jeunes. Fallait-il modérer cet enthousiasme ?

        Répondre à ce message

      • Puisque je connais bien certains de ces jeunes bénévoles je peux dire qu’ils sont partis dans l’état d’esprit décrit par Florent. Au départ leur idée était de partir juste découvrir l’Afrique. Puis en se documentant sur l’Afrique ils se sont dit qu’il pouvait y avoir autre chose à faire que du tourisme « idiot ». La connection avec NTBF s’est faite naturellement et je pense qu’ils ont été tout de suite sur la même longueur d’onde.
        Alors, le prix du voyage est certes cher et il y a des formateurs qui ne demandent qu’à faire ce travail au BF mais c’était aussi l’occasion d’emmener du matériel et de le mettre en marche là-bas avec les Burkinabés en place. Alors... ce n’est pas si mal que ça !

        Répondre à ce message

      • Bonjour,

        Votre réserve est légitime.
        Pour y répondre, sachez que les bénévoles en question partent à leur frais. Ils profitent de projets personnels (voyages au Burkina) pour mettre leurs compétences et leur temps à la disposition de l’association.

        Répondre à ce message

    Répondre à cet article

    > NTBF envoi 11 bénévoles français à Ouagadougou au cours de l’été 2004
    7 juillet 2004, par Emmanuel
    http://

    6 Messages de forum

    • 11 bénévoles n’est-ce pas trop ? Quand on connaît le prix du voyage et qu’on sait parrallèlement qu’il y a de bons techniciens au Burkina qui cherchent à travailler. Ne faudrait-il pas mieux les former à former ?

      Répondre à ce message

      • Bonjour,

        La remarque est tout à fait pertinente, notamment concernant la présence réelle de techniciens et d’informaticiens Burkinabès et le scénario que vous décrivez (financer des techniciens au Burkina) est taf envisageable lorsque l’argent sera là et que l’on pourra dire : oui nous pouvons créer de vrais emplois et pas des emplois précaires que nos sociétés modernes n’accepteraient pas. Mais nous travaillons déjà avec ce type de personnes compétentes.

        Notre vision des choses est la suivante : dans le cas particulier de cet été, ces jeunes bénévoles ont souhaité, à leur charge, et avec leurs compétences, participer au développement de l’activité de l’association NTBF au Burkina, et à son action visant à accompagner l’appropriation des TIC.

        C’est donc bien dans l’esprit que vous décrivez, c.a.d. à des fins de « formation de formateurs » qu’il a été confié à ces jeunes un ensemble de missions à réaliser en binôme, avec un correspondant de l’association locale (des informaticiens en herbe).

        Une autre valeur véhiculée par l’opération de cet été réside simplement dans l’échange culturel entre les jeunes formateurs burkinabè et les jeunes bénévoles français, échange qui a vocation à matérialiser des coorespondances trop souvent virtuelles du mirage Internet.

        Voilà décrite en qqs mots l’opportunité qui s’offrait à nous cet été avec l’engagement de ces jeunes. A cette proposition, l’ensemble des membres de NTBF au Burkina a vivement manifesté sa volonté de réaliser cette opération et d’accueillir ces jeunes. Fallait-il modérer cet enthousiasme ?

        Répondre à ce message

      • Puisque je connais bien certains de ces jeunes bénévoles je peux dire qu’ils sont partis dans l’état d’esprit décrit par Florent. Au départ leur idée était de partir juste découvrir l’Afrique. Puis en se documentant sur l’Afrique ils se sont dit qu’il pouvait y avoir autre chose à faire que du tourisme « idiot ». La connection avec NTBF s’est faite naturellement et je pense qu’ils ont été tout de suite sur la même longueur d’onde.
        Alors, le prix du voyage est certes cher et il y a des formateurs qui ne demandent qu’à faire ce travail au BF mais c’était aussi l’occasion d’emmener du matériel et de le mettre en marche là-bas avec les Burkinabés en place. Alors... ce n’est pas si mal que ça !

        Répondre à ce message

      • Bonjour,

        Votre réserve est légitime.
        Pour y répondre, sachez que les bénévoles en question partent à leur frais. Ils profitent de projets personnels (voyages au Burkina) pour mettre leurs compétences et leur temps à la disposition de l’association.

        Répondre à ce message

    Répondre à cet article

    > NTBF envoi 11 bénévoles français à Ouagadougou au cours de l’été 2004
    22 juin 2011, par Office 2007 key

    6 Messages de forum

    • 11 bénévoles n’est-ce pas trop ? Quand on connaît le prix du voyage et qu’on sait parrallèlement qu’il y a de bons techniciens au Burkina qui cherchent à travailler. Ne faudrait-il pas mieux les former à former ?

      Répondre à ce message

      • Bonjour,

        La remarque est tout à fait pertinente, notamment concernant la présence réelle de techniciens et d’informaticiens Burkinabès et le scénario que vous décrivez (financer des techniciens au Burkina) est taf envisageable lorsque l’argent sera là et que l’on pourra dire : oui nous pouvons créer de vrais emplois et pas des emplois précaires que nos sociétés modernes n’accepteraient pas. Mais nous travaillons déjà avec ce type de personnes compétentes.

        Notre vision des choses est la suivante : dans le cas particulier de cet été, ces jeunes bénévoles ont souhaité, à leur charge, et avec leurs compétences, participer au développement de l’activité de l’association NTBF au Burkina, et à son action visant à accompagner l’appropriation des TIC.

        C’est donc bien dans l’esprit que vous décrivez, c.a.d. à des fins de « formation de formateurs » qu’il a été confié à ces jeunes un ensemble de missions à réaliser en binôme, avec un correspondant de l’association locale (des informaticiens en herbe).

        Une autre valeur véhiculée par l’opération de cet été réside simplement dans l’échange culturel entre les jeunes formateurs burkinabè et les jeunes bénévoles français, échange qui a vocation à matérialiser des coorespondances trop souvent virtuelles du mirage Internet.

        Voilà décrite en qqs mots l’opportunité qui s’offrait à nous cet été avec l’engagement de ces jeunes. A cette proposition, l’ensemble des membres de NTBF au Burkina a vivement manifesté sa volonté de réaliser cette opération et d’accueillir ces jeunes. Fallait-il modérer cet enthousiasme ?

        Répondre à ce message

      • Puisque je connais bien certains de ces jeunes bénévoles je peux dire qu’ils sont partis dans l’état d’esprit décrit par Florent. Au départ leur idée était de partir juste découvrir l’Afrique. Puis en se documentant sur l’Afrique ils se sont dit qu’il pouvait y avoir autre chose à faire que du tourisme « idiot ». La connection avec NTBF s’est faite naturellement et je pense qu’ils ont été tout de suite sur la même longueur d’onde.
        Alors, le prix du voyage est certes cher et il y a des formateurs qui ne demandent qu’à faire ce travail au BF mais c’était aussi l’occasion d’emmener du matériel et de le mettre en marche là-bas avec les Burkinabés en place. Alors... ce n’est pas si mal que ça !

        Répondre à ce message

      • Bonjour,

        Votre réserve est légitime.
        Pour y répondre, sachez que les bénévoles en question partent à leur frais. Ils profitent de projets personnels (voyages au Burkina) pour mettre leurs compétences et leur temps à la disposition de l’association.

        Répondre à ce message

    Répondre à cet article