Accueil - Nouvelles Technologies Burkina Faso
TIC en Afrique Internet et la solidarité internationale
  •  Etat des lieux de l’Internet burkinabè
  •  NTIC et éducation
  •  Publications sur l’Internet africain
  •  Des infos sur les asso 1901
  •  Des liens utiles sur la solidarité internationale

  • . Version texte du site
    . Admin

    Nouvelles Technologies Burkina Faso : pour l’intégration des TIC en milieu éducatif au pays des hommes intègres

    Recherche

    Contact

  •  Adhérer à NTBF
  •  Nous contacter
  • NTBF : Pourquoi ?

  •  Le Burkina Faso
  •  Le contexte
  •  Potentiel des NTIC dans le secteur éducatif africain
  • NTBF : comment ?

  •  L’organisation
  •  Le bureau BF
  •  Le bureau FR
  •  Les membres BF
  •  Les membres FR
  •  Les Partenaires
  •  Les statuts
  • NTBF : les actions

  •  Les actions en cours
  •  Les réalisations passées
  •  Les sites web des membres
  • NTBF : s’impliquer

  •  Conditions de stage
  •  Les ex-stagiaires
  •  S’impliquer en France
  • Communication

  •  Flash-info NTBF
  •  La vie de NTBF
  •  Les outils de communication de NTBF
  • Docs en stock

  •  A savoir
  •  Une toque pour les TIC
  • Entre nous

  •  Administration du site
  •  Comptes-rendus
  •  Outils libres collaboratifs
  •  

    Version texte

     

    Poster un message

    En Réponse à:

    Ouverture d’un débat : microsoft et l’éducation au Burkina
    publié le jeudi 21 avril 2005 par Emmanuel

    Le site lefaso.net nous informe que 180 enseignants burkinabè du primaire et du secondaire sont actuellement formés à l’utilisation des logiciels microscoft (word, excel, powerpoint, IE...) dans le cadre du programme Partners In Learning" (PIL) qui a démarré en 2003. A lire sur le faso.net Ce programme découle d’un partenariat entre le ministère de l’éducation et le groupe microsoft et devrait s’étendre jusqu’en 2009. Alors que les journaux burkinabè (...)


    En réponse à :

    > Ouverture d’un débat : microsoft et l’éducation au Burkina

    dimanche 8 mai 2005

    Bonjour,
    L’usage des logiciels libres doit se faire à mon avis de façon progressive. Déjà que les ntic ne sont assez développés dans notre pays et qu’il est un luxe de pouvoir « taper à l’ordinateur », il est souvent hasardeux de faire bloc derrière tel ou tel logiciel (libre ou propriétaire). Je pense que l’initiative de microsoft, même si elle a des relents commerciaux (somme toute normale pour une société qui vit de developement de logiciels. Remarquons par ailleurs que nos universités abritent des académies dites CISCO qui certifient de compétences en réseau) est bonne et permet une appropriation possible des ntics (tout court) pour la communauté des enseignants. M. X bien formé à des logiciels propriétaires va mener une certaine expérience de découvertes et de perfectionnement et découvrira certainement une jour qu’il existe des outils libres en lieu et place des outils propriétaires et que par dessus le marché (et cela fort de l’expérience acquise) fonctionnent presque de la même manière que les outils propriétaires. Remarquons et c’est important que la plupart d’entre nous est passé du propriétaire au libre et que ce passage s’est fait sans heurts majeurs (les plates-formes tendant à s’harmoniser). L’offre de formation aux ntics est quasiment nulle de nos jours et il faut accepter déjà de former nos populations d’abord, viendra un jour où notre niveau de formation et par suite de compétences permettra progressivement d’adopter des politiques plus élaborées en termes de coûts financiers de déploiements des ntics.
    J’ai souvent aussi l’impression que nous ne sommes souvent pas de bonne foi. J’ai eu à visiter quelques prestataires de services internet et j’ai remarqué que tous pratiquaient à peu près les mêmes coûts que ce soit ceux utilisant des outils libres que soumis à license (propriétaires).



    modération à priori

    Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

    Un message, un commentaire ?
    • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

    Qui êtes-vous ? (optionnel)