Accueil - Nouvelles Technologies Burkina Faso
TIC en Afrique Internet et la solidarité internationale
  •  Etat des lieux de l’Internet burkinabè
  •  NTIC et éducation
  •  Publications sur l’Internet africain
  •  Des infos sur les asso 1901
  •  Des liens utiles sur la solidarité internationale

  • . Version texte du site
    . Admin

    Nouvelles Technologies Burkina Faso : pour l’intégration des TIC en milieu éducatif au pays des hommes intègres

    Recherche

    Contact

  •  Adhérer à NTBF
  •  Nous contacter
  • NTBF : Pourquoi ?

  •  Le Burkina Faso
  •  Le contexte
  •  Potentiel des NTIC dans le secteur éducatif africain
  • NTBF : comment ?

  •  L’organisation
  •  Le bureau BF
  •  Le bureau FR
  •  Les membres BF
  •  Les membres FR
  •  Les Partenaires
  •  Les statuts
  • NTBF : les actions

  •  Les actions en cours
  •  Les réalisations passées
  •  Les sites web des membres
  • NTBF : s’impliquer

  •  Conditions de stage
  •  Les ex-stagiaires
  •  S’impliquer en France
  • Communication

  •  Flash-info NTBF
  •  La vie de NTBF
  •  Les outils de communication de NTBF
  • Docs en stock

  •  A savoir
  •  Une toque pour les TIC
  • Entre nous

  •  Administration du site
  •  Comptes-rendus
  •  Outils libres collaboratifs
  •  

    Version texte

     

    Poster un message

    En Réponse à:

    Ouverture d’un débat : microsoft et l’éducation au Burkina
    publié le jeudi 21 avril 2005 par Emmanuel

    Le site lefaso.net nous informe que 180 enseignants burkinabè du primaire et du secondaire sont actuellement formés à l’utilisation des logiciels microscoft (word, excel, powerpoint, IE...) dans le cadre du programme Partners In Learning" (PIL) qui a démarré en 2003. A lire sur le faso.net Ce programme découle d’un partenariat entre le ministère de l’éducation et le groupe microsoft et devrait s’étendre jusqu’en 2009. Alors que les journaux burkinabè (...)


    En réponse à :

    > Ouverture d’un débat : microsoft et l’éducation au Burkina

    lundi 25 avril 2005

    Je pense que Microsoft fait oeuvre utile pour nos enseignants qui ont besoin d’apprendre des logiciels de traitement de texte, de tableur ou de présentation pour les aider à mener leurs activités pédagogiques. Maintenant que Microsoft utilise ses produits, peut il en être autrement ?
    Je voudrais dire qu’avant que Microsoft ne mène cette action, nos programmes ou référentiels d’enseignement sur l’utilisation des logiciels bureautiques dans les lycées techniques et professionnels et autres écoles privées supérieures sont basés les produits de Microsoft. La raison est que ce sont ces produits que les formateurs eux-mêmes maîtrisent le mieux. Cela rejoint ceux qui pensent que certainement Microsoft en développant son assise en Afrique, créera des habitudes d’utilisation des logiciels Microsoft dont les enseignants auront du mal à se défaire à l’avenir.
    Mais entre le mal et le moindre mal, il faut savoir faire un choix, connaître à tout prix ou pas connaître du tout et rester dans l’ignorance. C’est ce qu’il y a d’intérêt dans l’offre de Microsoft à prendre tout de suite ou pas. Mon avis est vraiment pragmatique, c’est savoir utiliser ces produits maintenant et la suite, chacun pourra faire des choix en fonction de ses moyens. Car l’utilisation des logiciels bureautiques est aujourd’hui une nécessité pour nos cadres de demain. Le choix le plus probant, c’est d’amener effectivement les gens vers les logiciels libres qui ne leur coûte rien en terme d’acquisition et d’utilisation. Mais qui va assurer le coût de leur formation à l’utilisation de ces logiciels libres ? Ne serait-ce que trouver les moyens matériels et humains pour assurer les formations et mettre les participants dans de bonnes conditions pour qu’ils puissent suivre correctement et de bout en bout ces apprentissages. Quant on sait qu’il y a des situations où la formation proposée est gratuite mais on se retrouve souvent sans aucun participant. Et parmi les raisons évoquées, il y a que les gens veulent bien se former mais ils n’ont pas les moyens de se prendre en charge pour participer assidûment à la formation. Ni l’Etat ni la société civile n’ont aujourd’hui les moyens suffisants pour assurer de tels investissements alors ça vaut le coût d’essayer avec les privés..
    Alors je dis si Microsoft mets les moyens pour que les participants soient bien formés à l’utilisation de ses produits, je leur tire mon chapeau et c’est déjà un pas de franchi. Un proverbe mossi nous enseigne que « la culotte d’aujourd’hui vaut mieux que le pantalon de demain ». Et mon souhait est que nos ministères des enseignements puissent à la suite de Microsoft signés ce genre de partenariat avec d’autres privés.



    modération à priori

    Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

    Un message, un commentaire ?
    • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

    Qui êtes-vous ? (optionnel)