Accueil - Nouvelles Technologies Burkina Faso
TIC en Afrique Internet et la solidarité internationale
  •  Etat des lieux de l’Internet burkinabè
  •  NTIC et éducation
  •  Publications sur l’Internet africain
  •  Des infos sur les asso 1901
  •  Des liens utiles sur la solidarité internationale

  • . Version texte du site
    . Admin

    Nouvelles Technologies Burkina Faso : pour l’intégration des TIC en milieu éducatif au pays des hommes intègres

    Recherche

    Contact

  •  Adhérer à NTBF
  •  Nous contacter
  • NTBF : Pourquoi ?

  •  Le Burkina Faso
  •  Le contexte
  •  Potentiel des NTIC dans le secteur éducatif africain
  • NTBF : comment ?

  •  L’organisation
  •  Le bureau BF
  •  Le bureau FR
  •  Les membres BF
  •  Les membres FR
  •  Les Partenaires
  •  Les statuts
  • NTBF : les actions

  •  Les actions en cours
  •  Les réalisations passées
  •  Les sites web des membres
  • NTBF : s’impliquer

  •  Conditions de stage
  •  Les ex-stagiaires
  •  S’impliquer en France
  • Communication

  •  Flash-info NTBF
  •  La vie de NTBF
  •  Les outils de communication de NTBF
  • Docs en stock

  •  A savoir
  •  Une toque pour les TIC
  • Entre nous

  •  Administration du site
  •  Comptes-rendus
  •  Outils libres collaboratifs
  •  

    Version texte

     

    Poster un message

    En Réponse à:

    Ouverture d’un débat : microsoft et l’éducation au Burkina
    publié le jeudi 21 avril 2005 par Emmanuel

    Le site lefaso.net nous informe que 180 enseignants burkinabè du primaire et du secondaire sont actuellement formés à l’utilisation des logiciels microscoft (word, excel, powerpoint, IE...) dans le cadre du programme Partners In Learning" (PIL) qui a démarré en 2003. A lire sur le faso.net Ce programme découle d’un partenariat entre le ministère de l’éducation et le groupe microsoft et devrait s’étendre jusqu’en 2009. Alors que les journaux burkinabè (...)


    En réponse à :

    > Ouverture d’un débat : microsoft et l’éducation au Burkina

    jeudi 21 avril 2005

    Bonjour,
    Je pense que ce programme PIL (la dénomination anglophone marque bien par la langue la différence avec les initiatives qui auraient pu être menées jusqu’alors et positionne les termes du partenariat) qui concerne 12 pays africains va habituer les enseignants formés et les démultiplicateurs à des outils et approches qui sont ceux de Microsoft. Il y aura donc une dépendance à la fois commerciale et technique qui est le propre des logiques « propriétaires ». Certains (je les connais :) retorqueront qu’il vaut mieux ça que rien du tout. Je ne voudrai pas généraliser mais au vu de ma petite expérience, je suis assez pessimiste sur le sujet. D’après moi, il est tres difficile de faire perdre aux gens leurs habitudes et de les faire passer sur d’autres plateformes, une fois que les réflexes sont pris.
    Si Microsoft voulait vraiment construire une « action citoyenne » comme il est dit dans le papier de Sidwaya, il mettrait en place des formations à des produits génériques et non aux siens propres.
    Dans le milieu de l’aide publique au développement, on appelle ça de l’aide conditionnelle et de nombreuses ONG se battent contre ces principes qui maintiennent les économies sous dépendances.
    Quant à la création de contenu local, je demande à voir ...

    Par ailleurs, en terme de contenu de formation, si l’on voulait vraiment améliorer l’organisation et les performances des ressources humaines employées dans les ministères (ce qui est une des finalités de ce PIL), je pense qu’il faudrait plutôt les aider à s’organiser et à mettre en oeuvre des logiques projets plutôt que de former à des outils complètement deconnectés des réalités.
    Pour l’anecdote, j’ai vu des employés des bibliothèques co-gérées par Edukafaso se rendre à des formations Access (base de données) organisées à Ouaga sans qu’aucune application concrète en sorte, sans aucune homogeneisation des publics, sans identification des besoins ...
    Pour suivre d’assez près le plan décennal de développement de l’éducation de base (PDDEB) et pour peu qu’on veuille bien nous donner des bribes d’info, nous savons que c’est sur ce point principal de la désorganisation et des manques de cohérence interne à l’administration qu’achoppent de nombreux projets de cooperation.
    Si le gouvernement.bf l’avait souhaité, il y a longtemps, je pense, que des initiatives auraient pu voir le jour en matière de logiciels libres dans l’éducation burkinabè. Seulement il faut le vouloir. Il faut qu’il y ait impulsion volontariste. Je ne suis pas sur le terrain donc assez mal placé pour juger de tout cela cependant je rencontre pas mal de personnes investies dans ces domaines qui confortent cette vision.
    Si l’on veut vraiment aider les enseignants je pense qu’on pourrait envisager avant tout d’alléger leurs effectifs et pour ceux qui auront les moyens de mettre en oeuvre les TIC dans leur établissement, les sensibiliser à l’apport possible de celles-ci par rapport à leur public.
    Ca c’est un beau challenge qui pourrait être d’ailleurs mené en partie dans les ENEP (école des enseigants du primaire) et l’école normale de Koudougou.
    La création de contenu local, tâche à laquelle NTBF consacre de l’énergie, est également à mon sens, une démarche de partenariat dans le vrai sens du terme et en français s’il vous plait.

    Pour info, une page sur les logiciels libres et l’éducation en France :
    http://tice.education.fr/educnet/Public/technique/libre



    modération à priori

    Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

    Un message, un commentaire ?
    • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

    Qui êtes-vous ? (optionnel)