Accueil - Nouvelles Technologies Burkina Faso
TIC en Afrique Internet et la solidarité internationale
  •  Etat des lieux de l’Internet burkinabè
  •  NTIC et éducation
  •  Publications sur l’Internet africain
  •  Des infos sur les asso 1901
  •  Des liens utiles sur la solidarité internationale

  • . Version texte du site
    . Admin

    Nouvelles Technologies Burkina Faso : pour l’intégration des TIC en milieu éducatif au pays des hommes intègres

    Recherche

    Contact

  •   Adhérer à NTBF
  •   Nous contacter
  • NTBF : Pourquoi ?

  •   Le Burkina Faso
  •   Le contexte
  •   Potentiel des NTIC dans le secteur éducatif africain
  • NTBF : comment ?

  •   L’organisation
  •   Le bureau BF
  •   Le bureau FR
  •   Les membres BF
  •   Les membres FR
  •   Les Partenaires
  •   Les statuts
  • NTBF : les actions

  •   Les actions en cours
  •   Les réalisations passées
  •   Les sites web des membres
  • NTBF : s’impliquer

  •   Conditions de stage
  •   Les ex-stagiaires
  •   S’impliquer en France
  • Communication

  •   Flash-info NTBF
  •   La vie de NTBF
  •   Les outils de communication de NTBF
  • Docs en stock

  •   A savoir
  •   Une toque pour les TIC
  • Entre nous

  •   Administration du site
  •   Comptes-rendus
  •   Outils libres collaboratifs
  •  

    Une toque pour les TIC

    Partenariat Educatif entre le Burkina et MICROSOFT
    publié le jeudi 17 juin 2004 par Issaka

    Note : les adresses email sont modifiées par un filtre antispam : le signe @ est remplacé par 3 caractères aléatoires, à supprimer et remplacer par @.
    Par exemple, remplacer contact ErT ntbf.net par contact@ntbf.net.

    Le Ministre Mathieu Ouédraogo représentant les Ministères en charge des Enseignements Primaires, Secondaires et Supérieurs et Madame Elisabeth Range, Directrice des Programmes Académiques de la Firme Américaine de Logiciels Microsoft Corporation ont procédé le lundi 7 juin 2004 à la signature d’un Accord Cadre de Partenariat pour l’intégration et la vulgarisation des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication dans le domaine de l’Education au Burkina Faso.

    Le Burkina Faso devient ainsi l’un des dix premiers pays du continent à adhérer au Programme « Partners in Learning » mise place par Microsoft en juillet 2003.

    Le Programme « Partners in Learning » est une initiative planétaire de la firme internationale qui consiste à assister les Gouvernements dans leurs efforts en vue de l’introduction des NTICs comme outils mais aussi comme matière d’enseignement dans le secteur de l’éducation.

    Outre l’accès à des logiciels spécifiques à coûts réduits ou leur mise à jour sans frais, ce programme comprend la mise à disposition de ressources, d’expertise et de transfert de compétences en vue du renforcement des capacités institutionnelles des structures éducatives et du relèvement du niveau technique du personnel enseignant à travers la formation de formateurs et l’assistance à la mise en place des structures de soutien au déploiement d’infrastructures informatiques dans le secteur de l’éducation et ceci pour une durée de cinq ans.

    Le Délégué Général à l’Informatique, Mr Joachim Tankoano qui a procédé à la présentation de la délégation de Microsoft Corporation, a salué la pertinence de ce partenariat naissant comme conforme à la démarche gouvernementale elle-même inscrite en droite ligne des recommandations du Forum National sur les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication et du plan d’action qui en a résulté.

    Pour le Ministre Mathieu Ouédraogo, la signature d’un Accord Cadre de cette nature est une expression de la détermination du Gouvernement à déployer tous les moyens pour mettre à la disposition de la jeunesse Burkinabè les outils de l’acquisition du savoir utile pour une insertion plus harmonieuse dans l’univers compétitif et globalisé que constitue le monde d’aujourd’hui. Il a tenu à marquer la reconnaissance des autorités nationales à l’endroit des premiers responsables de Microsoft Corporation, en particulier de son fondateur Bill Gates.

    Prenant à son tour la parole, Madame Elisabeth Range, Directrice des programmes Académiques de Microsoft Corporation pour le Moyen Orient et l’Afrique a dit sa grande joie de se retrouver au Burkina et a remercié les autorités pour leur disponibilité et leur engagement à positionner les nouvelles technologies au c ?ur des efforts de développement.

    En direction du monde de l’éducation, Partners in Learning a-t-elle indiqué, est la traduction de l’engagement de Microsoft Corporation à mettre à la portée du plus grand nombre et notamment de la jeunesse les technologies qui leur permettront de réaliser au mieux leur potentiel. Depuis plus d’une dizaine d’années, Microsoft s’est penchée sur les besoins particuliers de l’enseignement et du monde de l’éducation et a mis à la disposition de la communauté éducative un ensemble d’outils dont Partners in Leaming est aujourd’hui le couronnement.

    Monsieur Felix yé, Coordonnateur de ce Programme pour les pays francophones de l’Afrique au sud du Sahara a indiqué sa totale disponibilité à travailler de concert avec les autorités en charge de l’éducation, pour faciliter l’élaboration du programme du Burkina et accélérer sa mise en oeuvre effective aux profit des enseignants et des milliers d’élèves et d’étudiants à qui Partners. in Learning servira de tremplin pour prendre fermement pied dans l’univers numérisé qu’est devenu notre monde d’aujourd’hui.

    Source : DELGI

    Autres versions de l'article Partenariat Educatif entre le Burkina et MICROSOFT

    Version imprimable de l'article : Partenariat Educatif entre le Burkina et MICROSOFT Version imprimable
    Version PDF



    Répondre à cet article

     

    > Partenariat Educatif entre le Burkina et MICROSOFT
    21 juin 2004, par Filou
    http://

    Après le secteur de l’édition de scolaire presqu’entièrement aux mains des éditeurs francophone occidentaux, le secteur des TIC appliqué à l’éducation sera donc contrôlé par la firme de Gates. « Porte ouverte » sur une nlle colonisation ?

    Il serait interessant de connaître les termes exact du partenariat et de voir quelle sera la valeur ajoutée sur le plan local et le réel transfert de compétences réalisé.

    Répondre à cet article