Accueil - Nouvelles Technologies Burkina Faso
TIC en Afrique Internet et la solidarité internationale
  •  Etat des lieux de l’Internet burkinabè
  •  NTIC et éducation
  •  Publications sur l’Internet africain
  •  Des infos sur les asso 1901
  •  Des liens utiles sur la solidarité internationale

  • . Version texte du site
    . Admin

    Nouvelles Technologies Burkina Faso : pour l’intégration des TIC en milieu éducatif au pays des hommes intègres

    Recherche

    Contact

  •   Adhérer à NTBF
  •   Nous contacter
  • NTBF : Pourquoi ?

  •   Le Burkina Faso
  •   Le contexte
  •   Potentiel des NTIC dans le secteur éducatif africain
  • NTBF : comment ?

  •   L’organisation
  •   Le bureau BF
  •   Le bureau FR
  •   Les membres BF
  •   Les membres FR
  •   Les Partenaires
  •   Les statuts
  • NTBF : les actions

  •   Les actions en cours
  •   Les réalisations passées
  •   Les sites web des membres
  • NTBF : s’impliquer

  •   Conditions de stage
  •   Les ex-stagiaires
  •   S’impliquer en France
  • Communication

  •   Flash-info NTBF
  •   La vie de NTBF
  •   Les outils de communication de NTBF
  • Docs en stock

  •   A savoir
  •   Une toque pour les TIC
  • Entre nous

  •   Administration du site
  •   Comptes-rendus
  •   Outils libres collaboratifs

  • Répondre à cet article

     

    Pas de visa pour NTBF. Pourquoi ?... Parce que !
    12 juillet 2010, par Didier COUPEAU

    Je suis un ami de Blaise. J’habite à Parthenay, une petite ville située entre La Rochelle et Poitiers... MAIS JE NE SAIS PLUS DANS QUEL PAYS !?!...

    Il y a des années, j’habitais en France. Nous étions alors nombreux à penser que « liberté, égalité, fraternité » était un trio de valeurs universelles, avec un sens profond et immuable. Que, même si les gouvernements successifs et la télévision avaient parfois tendance à en écorner l’éthique, le fond demeurait. Et que, de toute façon, il y aurait toujours suffisamment de monde en France pour se lever contre ceux qui iraient trop loin dans sa dégradation.

    Perdu. Nous avons perdu. Depuis que nous vivons en Sarkozie, tout cela est bien fini. Le bling bling, le chacun pour soi, les privilèges pour les puissants, le repli sur soi, le rejet de la faute sur les autres, les inégalités, la discrimination, la mise sous tutelle de la justice et de la presse... Voilà maintenant les valeurs affichées. J’ai honte pour mon pays.

    Il y a quelques mois, un Français a été jugé pour avoir crié « Sarkozy, je te vois ! » alors que les flics, suivant en cela les recommandations du Ministre Hortefeux (oui, celui-là même qui a été condamné encore plus récemment pour propos racistes !), le contrôlaient avec comme objectif, entre autres, de « faire du chiffe ».

    Ma compagne et moi nous faisions une joie immense d’accueillir à la maison Blaise, que j’avais eu le plaisir de connaître « virtuellement » par Internet en 2003, puis le bonheur de rencontrer « pour de vrai » à Ouaga. Moments forts partagés avec lui, sa femme Florence, ses enfants et tous ses amis. Beaucoup d’espoirs basés sur les échanges et l’envie de connaître.

    La Sarkozie n’est pas la France. Pas celle que j’aime. Et surtout pas celle que vous aimez, vous, francophones du Burkina, enfants de Thomas Sankara. Je lutte de toutes mes forces pour que mon pays retrouve sa dignité et mette en pratique les valeurs de solidarité et de partage. Bon courage à Blaise et à vous tous, mes amis du Burkina Faso. J’espère vous rendre visite en fin d’année.

    Répondre à cet article